Plato 103
Janvier & février 2018

7,55 TTC

Goodies : Jeu minimaliste Up & Down, et règles solo pour Otys

Description

Description

  • Tutti frutti Un peu de tout, mais ludique

    Jeu : Mots croisés ;
    Extension : Nations, the dice game – Unrest, troubles civils ;
    Extension : Les cités de splendor ;
    Bouquinerie :
    Hocus & Pocus, l’épreuve des Fabulins ;
    News JCE :
    Horreur à Arkham : Aux frontières du visible.
  • Jeu Otys Pearl Games & Libellud

    Un jeu à faire tourner
    Il fallait s’y attendre : à force de déverser chaque fin d’année des milliers de nouvelles boîtes de jeu et de kilos de figurines, tout cela allait finir jeté à la mer et le niveau de celle-ci allait monter drastiquement. XXIIe siècle, les océans ont submergé le monde. La colonie flottante d’Otys envoie ses équipes de plongeurs exploiter les fonds sous-marins pour récupérer les matériaux nécessaires à son développement.
  • Bien débuter Otys

    Bien échafauder son ascenseur
    Un peu d’appréhension avant son premier bain ? Normal, le monde d’Otys peut paraître froid et impressionnant. Pas de panique, prenez masques de plongée et réserves d’oxygène, on vous emmène dans les profondeurs du jeu pour en admirer les nuances.
  • Rencontre Régis Bonnessée & Sébastien Dujardin, éditeurs

    À propos de la coédition
    Pearl Games et Libellud sont deux éditeurs dont les fondateurs respectifs, Sébastien Dujardin et Régis Bonnessée, sont aussi eux-mêmes auteurs. Ils ont su insuffler à leurs lignes éditoriales un axe et une identité marqués. Pearl Games est une maison d’édition plébiscitée par les gros joueurs pour ses mécaniques pointues, et Libellud est reconnue pour ses univers graphiques prenants et ses jeux invitant le public familial à plonger dans des thématiques fortes. Leurs visions de ce que doit être un jeu restent proches : même si les publics visés sont différents, toutes deux apportent un soin particulier à la cohérence entre thématique, graphisme et mécanique. Que ces deux équipes aux compétences complémentaires travaillent ensemble un même jeu laissait présager de grandes choses. Sébastien et Régis dévoilent les dessous d’une coédition inhabituelle.
  • Rencontre Claude Lucchini, auteur

    Plongée vers les origines d’Otys
    Claude Lucchini est un des comparses à l’origine de la maison d’édition Blam !. Il est aussi l’auteur d’Otys, qui est son premier jeu édité. Plutôt amateur de jeux pour experts, mais travaillant pour un éditeur de jeux accessibles au public familial, voir sa création copubliée par Pearl Games et Libellud constitue une belle synthèse de sa personnalité ludique.

  • Dossier La vitalité des jeux de dés

    Un genre qui ne cesse de se renouveler
    Entre productions centrées sur les dés, jeux de plateau les incluant avec finesse et objets hybrides, le jeu de dés continue à avoir la cote. Le hasard, même minime, engendré par le dé apporte la nuance et l’excitation qui fait la différence entre un jeu amusant et un fastidieux problème de résolution mathématique. Il contribue aussi au renouvellement des parties en proposant à l’infini diverses configurations et défis à relever.

  • Retour sur Can’t stop & ses dérivés

    Une valeur sûre du jeu de dés
    Can’t stop est un jeu de « stop ou encore » emblématique. Créé par Sid Sackson en 1980, il a connu de nombreuses rééditions. En 2006, Asmodee le met en sac avec une déclinaison tibétaine du thème alpiniste choisi par l’éditeur allemand Franjos. Aujourd’hui jouable gratuitement sur Board Game Arena, disponible en application sur tablettes et smartphones, Can’t stop continue à faire des adeptes et, comme d’autres classiques du jeu de dés, il est source d’inspiration.

  • Jeu Les châteaux de Bourgogne, le jeu de dés Ravensburger

    Le retour du jet d’dés
    Les vallons bourguignons attirent toujours autant. Après le jeu de plateau en 2011 et le jeu de cartes en 2016, c’est maintenant le jeu de dés qui y pose ses valises, agrandissant d’autant l’empire domanial de M. Feld.

  • Jeu L’oracle de Delphes Matagot

    L’odyssée
    Est-ce que Zeus commence à trouver le temps long, du haut de l’Olympe ? Nul ne le sait. Toujours est-il qu’il organise une course qui verra le vainqueur gagner l’immortalité. Attention toutefois, cette course n’est pas un 400 mètres sur le mythique stade d’Olympie, ni même un marathon pour rallier Athènes. Il s’agit ici d’une aventure au cours de laquelle il faudra accomplir douze travaux légendaires en sillonnant la mer Égée. Rassurez-vous, la pythie de Delphes sera là pour vous guider, tout du moins le tentera-t-elle… À vos marques, prêts, partez !
  • Jeu Dice masters Wizkids

    Dé… cès comics ?
    Créé en 2014 par Eric Lang et Mike Elliott, Dice masters allie à la fois jeu de dés, jeu de cartes et collectionnite aiguë. Si la gamme connaît de nouvelles sorties régulières aux États-Unis – étant même passée des univers des superhéros classiques à Yu-gi-oh, aux Tortues Ninja et même à Donjon & dragons cette année –, le jeu vivote en France, porté uniquement par quelques communautés disséminées, à tel point qu’après Thor, il se pourrait que plus aucune extension ne soit traduite.
  • Jeu Istanbul, le jeu de dés Matagot

    Loukoum light
    Le Kennerspiel des Jahres 2014 alliait, en son temps, des mécaniques élégantes et une course frénétique. Au vu des sirènes de la mode de ces deux dernières années, il n’est pas surprenant de voir débarquer une version mettant en scène des dés. La question est : était-ce vraiment nécessaire ?

  • Jeu Qwinto Gigamic

    Transformer l’essai
    Homonymie, matériel quasiment identique, mêmes éditeur allemand (NSV) et distributeur français (Gigamic), Qwinto ne se cache pas : il marche sur les traces de Qwixx. Qui lui-même ne se cachait pas pour assumer pleinement l’héritage du Yam’s. À la surprise générale, ce petit jeu s’était retrouvé nominé au Spiel des Jahres, aux côtés des habituels jeux de plateau. L’un de ces moments marquants dans le rapport des jeux de société modernes aux jeux de dés, déclenchant un engouement étonnant qui dure encore aujourd’hui (Qwixx deluxe, carnets de score alternatifs). Un moment fort pour l’éditeur, surtout, donnant tout naturellement l’envie de lui faire un petit frère. Le voici.

  • Jeu Pencil Park Smart Play Games

    Une sacrée bonne impression
    Ne cherchez pas sur l’internet mondial « où acheter Pencil Park », parce que vous risquez bien de tomber sur une erreur 404.

  • Jeu Kikkasai Shinojo

    Japan Expo
    La livraison annuelle de Japon Brand, c’est un peu comme la pêche à la truite. Cela vaut toujours le coup de lancer la ligne, histoire de voir.
  • Jeu Galions, canons & doublons Edge

    Flibust-dés
    Ignacy Trzewiczek aime penser les choses différemment. Dans Galions, canons et doublons, les dés jetés dans la boîte représentent des bateaux naviguant sur l’océan.

  • Preview Quodd heroes

    Les dés sont tournés
    Après avoir subi un cataclysme sans précédent sur leur planète appelée Quoddria, les habitants, présentés sous forme de cubes, cherchent à survivre. Ils découvrent que les cristaux provenant des météores qui ont mis à sac leurs villes et villages sont dotés de propriétés magiques. Tous décident de partir en quête de ces merveilles pour construire leur nouvelle vie.
  • Jeu Overseers Igiari

    Over the seers & far away
    Bienvenue, Gardiens. Moi, Chenghuang, je veille depuis des millénaires sur l’équilibre des forces de l’univers. Vous êtes ici pour m’aider à accomplir cette tâche, en mettant à mon service votre ruse et votre bienveillance. Prouvez-moi que vous savez reconnaître les vertueux et punir les impies emplis de vices, et vous aurez peut-être le privilège ultime de recevoir mes honneurs. Soyez prêts, et ne me décevez pas !

  • Jeu Roborace A-Games & Pixie Games

    Agréable mécanique sous un capot mal ajusté
    Sous son aspect de jeu de course, Roborace révèle un ingénieux système de puzzle par superposition. Il faut avoir l’œil pour placer judicieusement ses cartes, mais aussi pour distinguer certains détails d’édition.

  • Jeu Time arena Blam!

    Tuons le temps gaiement
    Les Seigneurs du temps se livrent une guerre sans merci pour le contrôle de la source d’immortalité. Pour dominer le monde, chacun d’eux invoque dans la Time arena de puissants guerriers afin de détruire l’adversaire et s’assurer l’accès à la fameuse source et ainsi la suprématie. À grands coups de sablier, vous allez vous affronter dans la prestigieuse arène pour prouver que vous êtes celui qui mérite d’accéder au titre de Seigneur du temps.

  • Jeu Champions de Midgard Grey Fox Games & Don’t Panic Games

    Veni vici Viking
    A-t-on jamais vu situation plus critique en cité viking ? Le Jarl est mort. Draugar et trolls assaillent la ville portuaire. Toute expédition est mise en péril par des créatures mythiques qui sillonnent les mers. En tant que chef de clan, il vous faudra choisir vos ressources avec sagesse et agir avec bravoure pour triompher de ces monstres afin d’accumuler la seule gloire qui fera de vous le champion de Midgard.

  • Jeu Attack on titan : le dernier rempart Don’t Panic Games

    Colosse aux pieds d’argile
    L’humanité vit cloîtrée dans une enclave entourée par un système de trois murs concentriques de cinquante mètres de haut, distants les uns des autres d’une centaine de kilomètres, à l’abri de titans mangeurs d’hommes. Les brigades militaires luttent contre l’invasion de cette dernière ligne de résistance. Les titans étant dotés d’une forte capacité de régénération, le seul moyen de les achever est de trancher une partie précise de leur nuque.

  • Rencontre Estelle Cang, chef de Projet, Don’t Panic Games

    Licences & créations
    Don’t Panic Games fait partie de ces éditeurs français qui vont chercher des pépites à l’étranger, parfois dénichées sur Kickstarter, pour les adapter au marché français. À quelle stratégie cela correspond-il ? Comment cela se passe-t-il ? Estelle Cang nous détaille comment cette démarche vient compléter un autre axe de développement : l’utilisation de licences fortes pour des créations en propre. Pas de panique, on va tout vous expliquer !
  • Jeu FearZ Don’t Panic Games

    Se rire de la peur
    Une boîte en métal de moins de dix centimètres de diamètre avec un titre en relief et cinquante cartes, cela vous évoque-t-il quelque chose ?
  • Jeu Kids of London La Haute Roche

    Il y a comme un Twist…
    C’est tout simple : un paquet de cartes Enfants des rues numérotées de 1 à 8 par joueur, avec les mêmes illustrations pour chacun, qu’il s’agit de jouer face cachée, une par tour.
  • Jeu Raptor Matagot

    La chasse est ouverte !
    Une expédition scientifique, chargée d’explorer une île au large du Pacifique, a subi quelques échauffourées lors de sa première reconnaissance. La découverte d’une femelle vélociraptor et de ses petits a attisé l’intérêt de l’équipe de spécialistes, qui vient de se lancer à leur recherche. Mais au final, qui va traquer qui ?
  • Jeu Perfect Hotel Jugame Studio

    Tokyo Hotel
    Dans la pure tradition du jeu japonais épuré, Perfect Hotel est sobre, simple et rapide.
  • Jeu Herbalism EmperorS4

    Cluedo, le jeu de cartes
    Une vilaine maladie fait des ravages, et les apothicaires du royaume s’affairent pour trouver en premier la combinaison d’ingrédients qui en viendra à bout.
  • Jeu Entropy Rule & Make

    Peut-être même un peu trop ?
    Le pitch grandiloquent contraste singulièrement avec la modestie du matériel.
  • Jeu Santo Domingo Matagot

    Oh mon santohohoho
    Petit format oblige, dans la boîte de Santo Domingo, on trouve six decks individuels comportant chacun huit actions et réserves, identiques pour chaque participant, ainsi qu’un plateau double face et quinze cubes en bois.
  • Jeu Booum ! Haba

    Détonnant !
    C’est la ruée vers l’or dans la mine de Old Town ! À chaque heure pile, la dynamite détonne et les orpailleurs se jettent sur les meilleurs filons. Entre chauve-souris, serpents, fantômes, shérif abusif et provocations en duel, nombreux sont les dangers de perdre de précieuses pépites !
  • Enfants Perlatette Drei Magier Spiele & Gigamic

    Étourdie sur son hoverboard
    Esmé aime se qualifier de sorcière traditionnelle. Elle n’aime pas les trucs qui brillent ni les breloques, et elle se sert rarement de son vieux balai capricieux. Alors, imaginez sa tête quand Gibrat, la novice, lui propose de courir les bois en hoverboard ! Esmé se dit que toute cette technologie ne sert qu’à alimenter la machine à rien et que tout ce qui compte, c’est la têtologie.
  • Retour sur 1960 : Kennedy contre Nixon

    Deuxième tour
    1960 : The making of the president (1960 : Kennedy contre Nixon dans sa version française) se présente de nouveau devant les électeurs. Et ce, dix ans après la première version américaine, huit ans après qu’il nous est parvenu en France, peu après cette année électorale dingue qui a vu Trump accéder au pouvoir. Cette seconde édition révisée sera pour certains l’occasion de découvrir une pépite, pour d’autres, celle de la ressortir. Les modifications apportées permettent d’ailleurs de revenir sur un jeu parfois un peu trop rapidement qualifié de « mineur » au regard de ses aînés.
  • Retour sur 1960 : The making of the president, 2e édition

    Les avancées de la seconde édition
    Une expédition scientifique, chargée d’explorer une île au large du Pacifique, a subi quelques échauffourées lors de sa première reconnaissance. La découverte d’une femelle vélociraptor et de ses petits a attisé l’intérêt de l’équipe de spécialistes, qui vient de se lancer à leur recherche. Mais au final, qui va traquer qui ?

Information additionnelle

Informations complémentaires

Poids 0.26 kg
Dimensions 29.7 x 21 x 0.5 cm
Distribution

France : Asmodee
Belgique : Megalopole
Reste du monde : Megalopole

Goodies : Up & down

En page 8, un nouveau jeu de pli qui nécessite un paquet de 54 cartes standard et deux dés, en plus de la carte Up & down spécifique livrée avec ce numéro de Plato.
Merci à Jens Merkl & Jean-Claude Pellin, les auteurs, d’offrir ce jeu minimaliste.

Goodie : Solo pour Otys

En page 13 du présent magazine, vous trouverez la règle pour jouer à Otys en solitaire. Développée par l’auteur et les éditeurs, elle nécessite évidemment la boîte du jeu.
Merci à Libellud & Pearl Games.

Vous aimerez peut-être aussi…