Plato 53
Janvier & février 2013

7,08 TTC

Goodies : La carte O’Plato pour Ultrium

Description

Description

  • Tutti frutti Un peu de tout, mais ludique

    Import : Pluckin pairs & The jam ;
    Bouquinerie :
     Cahier de patouilles au Louvre ;
    News JDR : Cold city, Les lames du cardinal, Body bag, Conventions : Le Troll Penché & Montagne de Jeux ;
    Déclinaisons : Timeline IV & Cardline;
    Bizarrerie : Cculele champion ;
    Bizarrerie : Triple Ha !, prendre la fin du monde avec humour ;
    Bizarrerie :
     Gauntlet of fools, fuyez, pauvres fous ! ;
    Bouquinerie : A paraître, Makaka, le vent en poupe.
  • Jeu Tzolk’in, le calendrier maya Iello

    Des mécanismes bien huilés
    La psychose collective liée à la supposée fin du monde étant évacuée à une date ultérieure non encore communiquée, c’est le coeur léger que nous avons pu mettre les doigts dans les intrigants engrenages de Tzolk’in. Au centre de toutes les attentions, ses roues permettront-elles de déplacer les foules ?
  • Rencontre Daniele Tascini, co-auteur de Tzolk’in

    Le doigt dans l’engrenage
    L’Italie ludique se porte bien ! Libertalia, Dungeon fighter, Wings of war, ou encore Egizia, sont des titres ayant en commun, outre leur intérêt majeur, d’être issus de la botte ensoleillée. Avec Tzolk’in, Daniele Tascini apporte désormais sa pierre à ce bel édifice. Mais que mettent-ils dans la sauce, là-bas ?
  • Rencontre Manuel Rozoy, auteur

    Explorateur temporel
    Ancien élève des cours de la Classe supérieure d’art dramatique à Paris, responsable du concours de jeunes créateurs de Boulogne pendant sept ans, et ex-rédacteur en chef de notre regretté confrère Jeux sur un Plateau, Manuel Rozoy joue aujourd’hui avec le temps. T.I.M.E Stories, son nouveau jeu, n’est pas encore paru qu’il est déjà présent dans de nombreuses têtes. Interview d’un maître du futur.
  • Jeu Olympos Ystari

    Cornu copiae (Corne d’abondance)
    Les jeux de civilisation fascinent bon nombre de joueurs. Ils proposent de subtils mélanges entre développement, gestion de ressources, conquête, affrontement et diplomatie. Seulement, le temps nécessaire pour vivre une telle épopée n’est pas la ressource la plus facile à trouver.
  • L’art de Arrêt sur les images d’Arnaud Demaegd

    Recalées au casting
    Si les illustrations d’un jeu sont aujourd’hui un critère essentiel pour son succès, le travail de l’artiste reste encore plus méconnu que celui de l’auteur.
  • Dossier 2012, l’année ludique : une introduction

    Au milieu du gué
    L’année ludique n’a rien à voir avec l’année civile : elle est mue par ses propres rythmes, sa propre saisonnalité ; ses pôles d’organisation n’ont rien à voir avec ceux du calendrier. L’année 2012, comme ses aînées, fut traversée à la fois par la traîne de la période précédente (voir, pour s’en convaincre la liste des jeux primés dont une bonne part sont sortis en 2011) et les prémices de 2013.
  • Dossier Cette année, le jeu fut…

    Une tentative de portrait-robot
    Si un terme devait résumer ce que fut le jeu en 2012, ce serait… pluralité. Loin d’être monolithiques, les propositions faites par les éditeurs fusaient dans des sens très différents, sans qu’aucun d’eux ne semble en mesure de s’imposer au point de constituer une tendance majeure. Nos dix couvertures de l’année (Tournay, Nightfall, Descendance, Ora et labora, The walking dead, The island, Libertalia, Columba, Seasons, Myrmes, autant de jeux différents aux styles très affirmés) ainsi que l’éclectisme des prix ludiques attribués en témoignent. Voici quelques mots qui tentent de résumer l’ensemble.
  • Dossier L’année ludique 2012 à travers ses prix

    Déceptions et encouragements
    Les différentes distinctions accordées tout au long de l’année possèdent plusieurs vertus : couronner un succès, confirmer une tendance, remettre en lumière des jeux oubliés. Trop nombreuses, parfois difficiles à décrypter, discutables, voire à contre-courant de l’époque, elles n’en restent pas moins une importante source d’analyse.
  • Dossier Dématérialisation

    Tendances passées et à venir
    Ce que l’on nomme parfois la « dématérialisation » des jeux de société, et que nous serions tentés de regarder, fascinés, comme un objet radicalement nouveau, n’est en rien une tendance récente. D’une part parce que ce n’est là qu’une problématique qui suit logiquement ce qui s’est passé dans le marché du disque, du film et du jeu vidéo, du livre, voire ce qui se passera bientôt dans la presse (la disparition progressive du support physique ; le changement dans le rapport à l’objet ; les modifications dans les modes de financement, promotion, distribution) ; c’est une tendance de fond permise et accentuée par les évolutions technologiques. D’autre part, parce que, de longue date, jeux vidéo et jeux de société ont entretenu, au fil de leurs évolutions respectives, des rapports complexes, teintés d’ambivalence. Malgré l’antagonisme apparent, les passerelles entre les deux mondes étaient finalement assez nombreuses historiquement.
  • Dossier 2012, l’année du financement participatif ?

    Convoyeurs de fonds
    Les livres d’histoire à venir retiendront peut-être de 2012 cette étrange manifestation : lors du salon d’Essen, en octobre, un engouement hors norme entoura Escape : the curse of the temple. Détail loin d’être anodin, le jeu, produit par une maison d’édition célèbre (Queen Games), avait été financé via un site qui faisait beaucoup parler de lui à l’époque : Kickstarter. Quant au devenir ultérieur de cet Escape, comment il se vendit, comment on le pratiqua, comment il disparut, ou ce qu’il valait vraiment, ces détails semblaient moins préoccuper les foules.
  • Top ! Bof ! 2012, satisfactions et déceptions

    Les impressions de la rédaction
    Tout au long de l’année, nous nous efforçons d’être objectifs, de rédiger des avis argumentés et construits pour qu’au-delà de nos goûts propres chacun puisse se forger son opinion. Cette fois, les membres de la rédaction vous livrent leurs coups de coeur et leurs coups de gueule personnels de l’année 2012.
  • Jeu Noé Bombyx

    Les chattes et les pandas d’abord !
    Vous pensiez tout connaître des jeux de défausse ? Vous esquissez un sourire poli assorti d’une moue désabusée à peine voilée quand on vous en propose un ? Rangez vos a priori, cette petite boîte métallique pourrait bien venir bousculer vos habitudes.
  • Jeu 1969 Cranio Creations

    Coincé sur le pas de tir
    Aah, les « golden sixties » ! Alors que le reste du monde twiste sur les barricades, une poignée de blouses blanches, aux quatre coins du monde, gâchent leur révolution sexuelle dans des laboratoires classifiés « top secret ». Leur défi : permettre à leur mère patrie d’atteindre la Lune avant la concurrence. 1969, année héroïque ?
  • Enfants Baobab Piatnik

    Après l’arbre à pain et l’arbre à thé, voici l’arbre à cartes !
    Emblème végétal de la savane africaine, le baobab est un arbre d’une longévité exceptionnelle dont la masse impose le respect. Cela n’a aucun rapport avec le jeu de société, mais quand on utilise un nom aussi empreint de symboles, il faut en assumer les conséquences. Contrat rempli ?
  • Enfants Pat le pirate Haba

    Êtes-vous bon sur dix secondes ?
    Quand on est un affreux pirate assis sur son magot, perdu sur une île en plein milieu de l’océan, pas surprenant qu’on trouve le moindre moussaillon suspect.
  • Enfants Regatta Gigamic

    Naviguer, c’est coule
    Regatta est la réédition pour quatre joueurs de La petite régate
  • Jeu Agricola – terres d’élevage Filosofia

    C’est la crise, y a pu de blé !
    La famille Agricola n’en finit plus de faire des petits. Bien qu’il soit possible de jouer en duo avec la version classique et originale de ce hit, voici une nouvelle mouture créée spécifiquement pour deux joueurs uniquement. Mais il y a une surprise de taille : alors que nous étions agriculteur pluridisciplinaire, il faut maintenant s’adapter et endosser le simple habit d’éleveur. Le résultat est que nous aussi, on doit faire des petits…
  • Dossier La saga Agricola

    Faites labour, pas la guerre
    Le stand minuscule de Lookout Games bourdonnait d’activité en ces journées du 18 au 21 octobre 2007. Ce petit éditeur allemand nous avait déjà montré qu’il aimait les bons gros jeux. Son remake d’Outpost sous le nom de Das Zepter von Zavandor (de Jens Drögemüller) avait auparavant marqué les esprits. Mais ce qui se passait sur le stand cette année-là était tellement plus fort. C’était ni plus ni moins que la sortie d’un jeu qui allait marquer le monde ludique.
  • Jeu R Kanai Factory

    Un jeu qui n’en manque pas
    Vous pensiez que revisiter l’un des jeux les plus stupides de l’histoire était une perte de temps ? Que rien de bon ne pourrait jamais découler de la Bataille ? Un génial japonais dont le nom éveille désormais l’intérêt des joueurs a trouvé le moyen de vous donner tort.
  • Rencontre Stéphane Athimon, traducteur

    Soleil levant, joueur content
    Traducteur pour Japon Brand (de l’anglais vers le français), Stéphane Athimon a un rapport privilégié avec une production japonaise qui commence à faire de plus en plus parler d’elle. Il revient avec nous sur son parcours personnel et sur quelques trésors de l’archipel nippon.
  • Jeu Roue Breizh Terra Mutandis

    Kenavo et vive le roue !
    Prenez un Breton : on se demande souvent d’où lui vient sa forte identité culturelle qu’il ne cesse de revendiquer. Roue Breizh pourrait-il en illustrer la réponse ?
  • Rencontre Marc Varoujan, auteur de Roue Breizh

    Du côté de Brocéliande
    Dans le paysage ludique actuel, Roue Breizh peut sembler un brin atypique tant il ne répond pas aux canons contemporains de l’édition du jeu de société comme nous l’aimons bien dans ces pages (illustrations, boîtage, matériel, jeu de diplomatie). Se réclamant à la fois jeu pour un très grand public et en même temps jeu pour joueurs plus expérimentés, à l’image des petites phrases d’accroche qu’on peut observer sur sa boîte, Roue Breizh serait ainsi l’illustration parfaite d’un grand écart entre deux chaises : d’un côté celle qui porterait l’estampillage « jeu pour tout public », de l’autre celle arborant « jeu de stratégie et de négociation ». Marc Varoujan, son auteur et éditeur, se présente et nous décrit ici sa démarche.
  • Bien débuter Roue Breizh

    Jamais seul en mon royaume
    Vous voilà prévenu : il faut savoir cogérer pour gagner. En clair, partager les terres ! Diantre ! Où ça ? Et avec qui ?
  • Bien débuter Notes stratégiques sur Through the ages

    A travers les méandes, par-delà les affrontements
    Through the ages (TTA), comme ceux qui vont le découvrir sur la prochaine version iPad pourront s’en rendre compte, est un jeu très exigeant qui possède des spécificités étonnantes. Sa courbe d’apprentissage, notamment, est importante. Pour le débutant, il s’avère presque inévitable de commettre des erreurs, de se faire massacrer par les autres ou de s’enfermer dans des impasses insolubles. Pour celui qui a engrangé quelque expérience, le risque est tout autre : se former un avis définitif et être incapable d’en démordre.
  • Jeu Chop chop Jœn

    De l’art et de la manière de mener la baguette
    Chop chop se joue dans le thermoformage de la boîte.
  • Jeu Tactic elastic Art of Games

    Le petit jaune ou le grand bleu ?
    Jusqu’à présent, le potentiel ludique de l’élastique en caoutchouc se cantonnait au Jokari et à ces catapultes à boulettes de papier qui ont hanté les cauchemars de générations entières d’enseignants.
  • Jeux traditionnels Senet

    Le Vénérable de la vallée du Nil
    Précurseur des jeux de parcours, lointain ancêtre du Trictrac et du Backgammon, le Senet était, comme le disait l’égyptologue Gaston Maspero (1846-1916), à l’image du monde selon les Égyptiens de l’Antiquité : une boîte rectangulaire où se jouait le destin des hommes.
  • Rencontre Isabelle Bardiès, conservateur en chef

    Entretien avec un conservateur du patrimoine
    Isabelle Bardiès est conservateur en chef au musée de Cluny, musée national du Moyen Âge. Historienne de l’art spécialisée dans la sculpture antique et en charge au musée de ce qui relève de l’Antiquité et du premier Moyen Âge (jusqu’à L’an mil et l’arrivée des Échecs en Europe), elle est une des commissaires de l’exposition aux côtés d’Anne-Elizabeth Dunn-Vaturi et nous parle de son travail.
  • Jeux traditionnels Art du jeu, jeu dans l’art : de Babylone à l’Occident médiéval

    Quand Cluny se met à pousser du bois
    L’Antiquité égyptienne s’adonnait-elle à des jeux de société ? Les Grecs voyaient-ils en cela une distraction tout enfantine ou bien les jeux n’étaient-ils pour eux qu’une métaphore guerrière ? Bienvenue dans une exposition qui tente de lever le voile sur une activité si présente depuis la nuit des temps.
  • Plateaux numériques L’actu des jeux sur écrans

    Les sorties du mois : Fluxx & Twin it !
    Fluxx est un jeu de cartes auréolé d’un certain succès outre- Atlantique, comme en témoigne le nombre d’extensions thématiques ayant vu le jour depuis 1997.
    Twin it ! est l’adaptation exclusivement iPad du jeu-poster de Tom Vuarchex.

Information additionnelle

Informations complémentaires

Poids 0.235 kg
Distribution

France : Asmodee
Belgique : Megalopole
Reste du monde : Megalopole

Goodie : Carte O'Plato pour Ultrium

Cette carte vous est conjointement offerte par Azao Games et Plato.

Avis (0)

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Plato 53
Janvier & février 2013

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…